Production
Distribution
Appt. 105  -  44-A, rue d'Erevan 92130 Issy-Les-Moulineaux
Tél. : 33 1 45 29 14 27
Fax : 33 1 46 62 92 90
CHEF !

Un film de Jean-Marie Téno
Documentaire 1999,
35 mm , 61 minutes

Extrait vidéo
accueilfilmsrealisateursprojetslienscontact English
Fiche technique :  
Retour
Montage : Christiane Badgley
Musique : Brice Wassy
Production : Les Films du Raphia
Coproduit par Raphia films (Cameroun)
  avec la participation de Beatice Sime, Suzanne Kala-Lobe, Henriète Ekwé, , Djeukam Tchameni, Mongo Beti, Melvin Akam, Jeanne Njawé, Pius Njawé, Sa majesté Ngnié Kamga, Daouda Aladji Ousmanou, Mme Ekobouma.
Photos du film
Cliquez sur une vignette pour agrandir l'image

Consultez
la fiche
du réalisateur
Jean Marie Téno

 


SYNOPSIS

Les chroniques dramatiques de la vie quotidienne en "démocrature ".

Démocrature : formé à partir des mots démocratie et dictature, se dit d’un régime qui s’autoproclame démocratique, qui se pare de nombreux oripeaux démocratiques mais fonctionne en réalité comme une dictature.

Pendant le mois de décembre 1997, au Cameroun, son pays d’origine, l’auteur a été témoin d’événements troublants qui constituent la matière de ce film : dans son village, un adolescent risque de perdre la vie pour avoir volé une poule et 4 poussins. C’est la " justice populaire ", comme le désignent les camerounais eux-mêmes, expéditive et cruelle que le silence de l’Autorité judiciaire a laissé se généraliser.

Quelques heures plus tard, il découvre au dos d’un calendrier un texte d’une rare violence contre les femmes : le règlement intérieur du mari au foyer.
A la mairie, pendant la célébration de plusieurs mariages un maire et une maire commentent pour les futurs époux les articles de lois sur le mariage. Issus du code civil français de 1804, ces lois institutionnalisent la soumission de la femme à son mari. En contrepoint, des femmes qui luttent au quotidien contre les violences faites aux femmes répondent point par point aux discours des officiels et démontent ainsi les clichés, les préjugés et les fantasmes sur les femmes qui envahissent la société camerounaise.

Enfin, pour avoir posé la question de l’état de santé du Chef de l’état camerounais Paul Biya, Pius Njawé un journaliste réputé est jeté en prison. Il en sort 10 mois plus tard avec un témoignage accablant sur les conditions inhumaines de détention dans la prison de New-Bell à Douala.

C’est un texte, à la fois personnel et poétique, qui relie ces événements. Comme dans tous ses films, la voix du réalisateur nous accompagne au cœur de la société camerounaise. Une société hiérarchisée et inégalitaire, dans laquelle le modèle du chef omnipotent semble se dupliquer et se reproduire dans toutes les sphères de la vie.

NOTE D'INTENTION

CHEF ! est un film né par hasard, au détour d’une rue quand, témoin d’une scène de violence aveugle, je pars caméra au poing pour essayer de comprendre les raisons de tant de frustration. En me laissant porter par les événements et en suivant les méandres de ma réflexion, CHEF ! est le reflet cruel que me renvoie la société camerounaise aujourd’hui.

CHEF ! est un film sur la frustration :
Frustration devant la misère qui s’accroît dans un pays riche en ressources naturelles, mais qui profitent exclusivement à la minorité au pouvoir.
Frustration devant l’indifférence et l’arrogance des chefs face à la détresse du plus grand nombre. Frustration devant la colère silencieuse de la foule qui malheureusement se manifeste par une violence contre ses éléments les plus faibles et les plus démunis de la société. Frustration de vivre dans une prison sans barreaux, qui serait le pays tout entier, livré au bon vouloir d’un chef omnipotent.

En faisant ce film, je voulais mettre en avant la responsabilité des chefs, petits et grands, qui, profitant de la tragédie coloniale, se sont transformés en tyrans pour leurs peuples et contribuent pour une part importante à l’édification de cette société gangrenée par la corruption, qui s’enfonce tous les jours un peu plus profondément dans la misère. Je voulais aussi attirer l’attention sur cette fascination des camerounais, mes compatriotes, pour l’autorité, qui les pousse à reproduire dans toutes les sphères de la vie, le modèle du chef omnipotent qui n’aurait de compte à rendre qu’à d’autres chefs encore plus puissants que lui.

Chef ! Bonjour Chef ! Comment Chef ? Pardon Chef !
Dans les rues et dans les bureaux au Cameroun, CHEF ! est un des mots les plus utilisés au quotidien. Est-ce un hasard ou simplement la marque d’une adhésion collective à ce système ?

Jean Marie Teno